Hydroma SA : la révolution énergétique va redémarrer

Beaucoup d’experts voient dans les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus, une occasion à saisir pour accroître la part des énergies renouvelables et adopter des modes de production et de consommation compatibles avec les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES). Dans ce cadre, les gouvernements et investisseurs devraient davantage soutenir les projets de développement d’énergie verte.

Une ressource totalement vertueuse

Au Mali, Aliou Diallo, un entrepreneur audacieux, est justement en quête de partenariats et d’investissements en Europe. Il compte prochainement lancer la seconde étape de sa révolution énergétique : la production à grande échelle de l’électricité propre à partir de l’hydrogène naturel. Cette ressource est totalement vertueuse comme l’ont si bien démontré les chercheurs français Alain Prinzhofer et Éric Derville dans leur ouvrage « L’Hydrogène naturel : la prochaine révolution énergétique ? ». Les auteurs y relatent la découverte d’émanations d’hydrogène naturel sur toute la planète. Ils expliquent ce phénomène, présentent les avantages de ce gaz naturel et propose des pistes de réflexion quant à son exploitation. Selon eux, l’hydrogène naturel est totalement vertueux car non polluant, abondant, renouvelable et bon marché.

Bourakébougou, une expérience prometteuse

Hydroma SA, la société d’Aliou Diallo, exploite depuis 2012 une unité pilote au Mali qui fournit en énergie verte les foyers de Bourakébougou, un village situé à une soixantaine de kilomètres de Bamako. Grâce à cette électricité générée 24H/24, les habitants peuvent vaquer à leurs occupations la nuit et lancer de nouvelles activités économiques. Aliou Diallo compte maintenant étendre sa révolution énergétique à tout le Mali. D’où le lancement de la seconde phase, celle de la production industrielle d’électricité verte à partir de l’hydrogène naturel.

Il a d’ores et déjà vendu ses parts (55%) dans la société minière malienne Wassoul’Or afin de financer cette importante étape. Aliou Diallo a aussi lancé une offensive en Europe afin d’obtenir des partenariats. Sur ce continent, les énergies renouvelables gagnent du terrain. La crise sanitaire du coronavirus et le réchauffement climatique pourraient leur donner un bon coup de pouce. Mais c’est l’hydrogène vert qui a pour l’instant toutes les faveurs. L’avènement de l’hydrogène naturel, encore plus vertueux, n’est qu’une question de temps.

L’indépendance énergétique du Mali à la clé

Si Aliou Diallo réussit son pari, le Mali pourrait enfin gagner son indépendance énergétique, voire exporter son excédant d’électricité propre dans la sous-région ouest-africaine. L’hydrogène va surtout participer à l’industrialisation du pays en alimentant en énergie verte les usines. Cette ressource représente une importante opportunité économique pour le Mali, classé parmi les pays très pauvres de la planète.

La production à grande échelle d’électricité verte d’Hydroma SA attend de démarrer une fois la crise du coronavirus passée et les capitaux réunis. Parallèlement, les prospections en Australie et au Canada vont reprendre pour la découverte de puits d’hydrogène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.