Les accusations contre grupo Éxito au sujet de la déforestation en Colombie démenties par une enquête

Accusé dans un récent rapport de l’ONG britannique Environmental Investigation Agency (EIA) de participer à la déforestation de l’Amazonie colombienne, grupo Éxito, filiale du groupe Casino, a dénoncé, dans la presse colombienne, la diffusion d’informations « qui ne sont pas vraies ou inexactes ». Grupo Éxito accuse notamment l’EIA d’avoir fondé une partie de ses accusations sur la base des affirmations d’un témoin qui se serait rétracté dans un document écrit transmis au groupe de distribution. Une révélation qui entacherait la crédibilité de l’EIA et de son association partenaire française, Envol Vert.

Le 27 mai dernier, l’EIA publiait un rapport accusant grupo Éxito de se fournir auprès d’un éleveur de bovins colombien, désigné comme « fournisseur direct A ». Problème : ce « fournisseur direct A » est accusé par l’EIA d’être approvisionné en viande bovine par deux exploitants (désignés « fournisseur indirect 1 » et « fournisseur indirect 2 »), dont les troupeaux de bovins seraient élevés illégalement dans le périmètre du parc national naturel du Chiribiquete, dans le sud du pays. Ainsi, 400 hectares de forêt auraient été détruits du fait des activités du « fournisseur indict 1 » et du « fournisseur indirect 2 ».

Grupo Éxito affirme disposer de la rétractation d’un témoin interrogé par l’EIA

Alors que l’EIA a affirmé, sur la base du témoignage du « fournisseur direct A », que grupo Éxito comptait parmi ses clients indirects, la filiale du groupe Casino a affirmé, dans les colonnes de l’hebdomadaire colombien Semana, détenir une déclaration écrite du « fournisseur A » rétractant son témoignage. Il y affirmerait notamment ne pas être un des fournisseurs, direct ou indirect, de grupo Éxito, contrairement à ce qu’il avait affirmé à l’EIA.

L’EIA et Envol Vert ont-ils pris toutes les précautions nécessaires ?

En Europe, le rapport de l’EIA a été relayé par un collectif d’associations notamment composé d’Envol Vert, Mighty Earth, France Nature Environnement ou encore Canopée Forêts Vivantes. Pour sa part, Envol Vert mène depuis plusieurs mois une campagne contre le groupe Casino, qu’elle accuse de participer à la déforestation de l’Amazonie, au Brésil et en Colombie. Une accusation fondée sur l’impact supposé de l’approvisionnement en viande de GPA au Brésil et de grupo Éxito en Colombie dans la région. Envol Vert arguait notamment du statut de « premier distributeur au Brésil » du groupe Casino, « devant le groupe Carrefour », pour expliquer son choix de le désigner comme principal responsable de la déforestation au Brésil parmi les distributeurs français. En effet, en, juillet 2020, l’ONG française avait suscité la polémique en raison de sa proximité supposée avec le groupe Carrefour, deuxième distributeur français au Brésil au moment des faits (avec le rachat  de Grupo Big en mars 2021, c’est désormais Carrefour qui se classe à la première place des distributeurs français présents dans le pays).

Une crédibilité des ONG entachée

Quoiqu’il en soit, si les déclarations de grupo Éxito à la presse sont avérées, ce retournement porterait un sérieux coup à la fiabilité du rapport de l’EIA et à la crédibilité de l’ONG, à celle d’Envol Vert et des associations impliquées. Grupo Éxito avait-il été sollicité pour apporter ses réponses à l’ONG avant la parution du rapport ? L’ONG disposait-elle de preuves matérielles suffisantes pour fonder ses accusations ? Des précisions seront sans doute à apporter de la part de l’EIA sur la méthodologie employée pour la production du rapport.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.