Transition énergétique : Aliou Diallo veut approvisionner l’Europe en hydrogène naturel

Président d’Hydroma, entreprise canadienne exploitant des puits d’hydrogène au Mali, Aliou Diallo ambitionne exporter son hydrogène naturel en Europe dans un avenir proche. Pour cela, son groupe va bientôt construire un pipeline qui partira du Mali jusqu’aux portes du Vieux continent.

Dans le cadre de sa transition énergétique, l’Union Européenne (UE) s’est engagée à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Pour atteindre cet objectif, elle mise sur les énergies renouvelables, principalement l’éolien et le solaire. Mais elle s’intéresse de plus en plus à l’hydrogène, une ressource propre dans sa meilleure version (vert). La France et l’Allemagne notamment ont récemment dévoilé des plans hydrogène d’un montant respectif de 7 et 9 milliards d’euros. Ces pays souhaitent répondre aux enjeux climatiques et environnementaux liés à l’industrie et au transport en Europe.

L’hydrogène naturel plutôt que le vert ?

Toutefois, ils butent encore sur quelques obstacles majeurs, dont le coût de production, des infrastructures de distribution et la production à grande échelle. Un entrepreneur malien a peut-être déjà trouvé la solution : Aliou Diallo. Ce milliardaire transforme depuis 2012 l’hydrogène naturel en électricité verte pour le village de Bourakébougou, au Mali. Après huit ans d’exploitation, il a lancé en juin 2019 une production industrielle pour l’indépendance énergétique de son pays. A terme, il souhaite transporter en Afrique de l’ouest et en Europe, son hydrogène naturel.

Un pipeline de 4700 kilomètres dans le Sahel

Dans une interview sur Africable Télévision, début octobre 2020, Aliou Diallo a annoncé la construction d’un « pipeline pour transporter l’hydrogène naturel du Mali au Sénégal, à la Mauritanie, au Maroc, jusqu’à la porte de l’Europe ». Il prévoit en tout 4700 kilomètres de tuyaux dans le désert. « Ce n’est pas un rêve, c’est une réalisation tout à fait faisable. L’Europe même est en train de construire 23.000 kilomètres de pipeline pour le transport de l’hydrogène », a indiqué le promoteur malien. Sauf qu’« ils vont transporter un kilo d’hydrogène sur 2500 kilomètres, environ 0,20 cent le kilo. Nous avec moins de 5000 kilomètres de pipeline, nous pouvons transporter de l’hydrogène à moins de 0,50 cent de l’Euro. Ce qui peut nous permettre d’envoyer notre hydrogène sur le marché européen, tout en restant compétitif par rapport à l’hydrogène gris sur le marché européen aujourd’hui », a ajouté l’homme d’affaires.

L’Allemagne s’intéresse aux travaux d’Hydroma

Aliou Diallo envisage transformer l’hydrogène en ammoniac ou le liquéfier pour pouvoir le transporter facilement. Il s’est donc rendu en septembre en Allemagne, où il a visité une société en Bavière qui est spécialisée dans le transport de l’hydrogène avec des iso-conteneurs, dans lesquels on mélange l’hydrogène au toluène. Ce qui le rend inflammable. Toujours en Allemagne, Aliou Diallo a été reçu par les autorités fédérales pour parler de ses travaux sur l’hydrogène naturel, appelé hydrogène blanc dans ce pays qui ambitionne de devenir numéro de cette ressource. « On a eu des réunions avec de hauts responsables des ministères. Celui qui chapeaute même le programme de l’hydrogène naturel en Allemagne a dit : « Bravo Mr Aliou Diallo parce que grâce à vos travaux nous avons pu inscrire l’hydrogène blanc dans notre programme national de l’hydrogène », a-t-il confié.

De l’hydrogène vert aussi dans les tuyaux

A côté de l’hydrogène naturel, Aliou Diallo veut également produire et exporter l’hydrogène vert. C’est pourquoi, sa société Hydroma construit actuellement de vastes champs de panneaux photovoltaïques dans le Sahel. « Nous sommes aujourd’hui engagés dans la production de l’hydrogène vert, produit avec de l’électricité décarbonée (solaire ou éolienne). Nous sommes présents dans une dizaine de pays qu’on a bien étudié sur le plan géologique et qui ont d’excellentes conditions de production d’électricité verte. Il s’agit des pays comme le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée Bissau, le Maroc et le Mali », a précisé l’entrepreneur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.