Vendée : Aux Sables-d’Olonne, on veut en finir avec les pailles en plastique

 

Depuis un mois, la majorité des établissements touristiques et des restaurants des Sables-d’Olonne (Vendée) tentent de se passer des pailles en plastique. Ils ont opté pour les pailles en carton, une alternative bien mieux même si elle souffre de quelques griefs.

Une paille en plastique met 450 ans pour se désagréger

Alors que les pailles en plastique seront interdites en 2021 dans l’UE, la commune des Sables-d’Olonne (Vendée) a décidé d’engager sa transition dès cet été. La station balnéaire vendéenne a annoncé, le 24 juin dernier qu’elle remplace les pailles en plastique par des pailles en carton recyclé dans tous les établissements et commerces de la ville. C’est ainsi que depuis un mois, quelque 170 bars et restaurants, avec l’aide de l’association Tous dans l’même bateau, se sont engagés dans la démarche écolo « Un été sans paille ». L’opération est symbolisée par une tortue à qui l’on braque une paille en plastique sur la tempe pour évoquer les ravages du plastique les océans.

L’initiative est d’autant plus judicieuse que dans la Vendée, certains bars écoulent 20 000 pailles en plastique en moyenne dans la saison. Or ces produits peuvent mettre jusqu’à 450 ans pour se désagréger complétement.

Le bilan carbone n’est pas idéal

Les pailles en carton recyclé sont vendues 5 euros les 500 aux établissements, là où celles en plastique sont le plus souvent offertes par leurs fournisseurs de boissons. Outre le prix, elles n’ont pas un bon bilan carbone, même si elles sont biodégradables. Elles pourraient donc être néfastes pour la santé des consommateurs. Pour François Birchler, président de l’association Tous dans l’même bateau, « C’est une solution transitoire ». Il souligne que « Grâce à cette démarche collective, l’objectif est de montrer que l’on peut très bien se passer des pailles. Les gens n’en achètent pas chez eux, ils n’ont pas besoin d’en utiliser en vacances ! ».

Ils demandent tous des pailles en carton recyclé !

La campagne semble faire son effet puisque la clientèle locale exige de moins en moins les pailles en plastique. « Mis à part deux exceptions, ils me demandent tous des pailles en carton… Même avec leurs cannettes ! », confie un restaurateur. L’approche qui consiste à laisser le consommateur décider lui-même porte donc ses fruits. Or « Au départ, on visait la suppression totale des pailles, mais ils (les propriétaires d’établissements) nous ont dit que ce n’était pas réaliste, que personne ne nous suivrait », se rappelle François Birchler. Le président de Tous dans l’même bateau espère maintenant qu’« À l’avenir, avec le buzz qu’on a fait, les professionnels pourront demander aux distributeurs à ne plus avoir de pailles plastiques ».

L’opération « Un été sans paille » a enregistré un tel succès que des commerçants sablais ont sollicité l’association pour voir dans quelles mesures ils pourraient  se passer de gobelets plastiques ou de Nutella, impliqués dans la déforestation en Amazonie avec l’huile de palme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.