Exploitation d’hydrogène naturel : Petroma passe à la vitesse supérieure

Encore au stade de recherche, le projet d’exploitation d’hydrogène naturel de l’entreprise spécialisée Petroma Inc. continue de se développer. La ministre malienne des mines et du pétrole s’est en effet dépêchée sur le site de l’exploitation et a témoigné son engouement. Aliou Diallo, homme d’affaires et président de la compagnie, est quant à lui certain du fort potentiel énergétique de la production, et affirme que le projet permettra de résoudre le problème de l’électricité au Mali.

Lelenta Hawa Ba, ministre malienne des mines et du pétrole s’est déplacée sur le site d’exploitation d’hydrogène naturel de Bourakébougou. Tenu par la société Petroma, le site en est encore au stade de la recherche. La ministre a d’ailleurs pu visiter les différents forages, tous positifs, réalisés par l’entreprise, et a pu certifier du bon fonctionnement de la centrale électrique pilote, fonctionnant à l’hydrogène naturel, qui fournit en électricité le village voisin.

Pour la ministre, le projet de Petroma doit être encouragé, puisqu’il représente une aubaine pour le développement économique du pays. Elle précise par ailleurs que la société s’est beaucoup engagée dans la recherche après la signature de la convention avec l’État. « Ses activités se résument à la géophysique, aux forages. Le niveau des forages varie de 100 m à plus de 200 m. Nous avons remarqué que le gaz hydrogène est atteint aux niveaux de 40 m » a-t-elle déclaré.

Un projet de taille, qui peut permettre au Mali de se démarquer dans la course à la transition énergétique mondiale. « C’est pourquoi, les études sont en cours pour pouvoir analyser jusqu’où le gaz peut aller, voir si c’est renouvelable » précise Lelenta Hawa Ba, avant d’ajouter que « les 25 forages effectués par la société ont donné des résultats salutaires ».

Aliou Diallo, PDG de Petroma, est confiant quant à l’avenir de l’hydrogène naturel et à ses bénéfices pour le pays. « L’autorité pour la recherche pétrolière a attribué des blocs à beaucoup de sociétés étrangères. Nous sommes la seule société dont l’actionnariat est particulièrement contrôlé par des Maliens » a-t-il expliqué. Il souhaite par ailleurs intensifier la recherche en introduisant « des piles à combustibles pour une plus grande quantité d’électricité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.