« COP métropolitaine » : La rénovation énergétique des logements privés au cœur des interventions


Mardi 2 juillet, la métropole du Grand Paris a tenu sa première « COP métropolitaine ». A cette occasion, elle s’est engagée à accélérer la rénovation énergétique des logements. Elle va également faciliter l’accès aux financements des audits globaux pour les copropriétés notamment.

« C’est un des domaines pour lequel nous savons que la transition écologique doit être solidaire »

La métropole du Grand Paris a organisé cette semaine sa première « COP métropolitaine », une table ronde qui veut donner un coup d’accélérateur à la rénovation énergétique des logements sur son territoire. Pour attendre cet objectif, elle va s’appuyer sur trois axe, à savoir structurer une communauté d’acteurs engagés ; accompagner la prise de décision des ménages par le déploiement d’un dispositif d’accompagnement et d’outils tels que la plateforme « CoachCopro » ; et faciliter l’accès aux financements. Pour ce dernier point, la métropole va expérimenter un plan de financement à 100% des audits globaux pour les copropriétés, tout en simplifiant l’accès aux prêts à taux zéro ou en mettant en place des aides directes.
La Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon a indiqué que « […] C’est un des domaines pour lequel nous savons que la transition écologique doit être solidaire car ces travaux de rénovation permettent de faire baisser les factures énergétiques des foyers les plus modestes et c’est pour ces raisons que le Gouvernement est extrêmement motivé pour avancer sur cette politique prioritaire ».

Un problème d’affectation des dépenses

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable, estime qu’« Il serait surtout nécessaire de stabiliser les aides » apportées par le gouvernement. Ces dernières années, fait-il remarquer, l’Etat modifie sans cesse ses subventions, à la manière d’un coureur qui déplace sans cesses les haies. Pour sa part, Pierre Ducret, président du Think Tank « Institute for Climate Economics, pense que le problème réside dans l’affectation des aides. « Les dépenses dans l’habitation et rénovation représentent près de 50 milliards d’euros. Mais elles ne sont pas affectées aux dépenses énergétiques. Il faut faire en sorte que ce type d’investissements rentre dans les priorités », a-t-il préconisé.

Le président de l’agence parisienne du climat (APC), Yves Contassot rappelle par ailleurs que « 143.000 logements ont déjà été accompagnés à travers la plateforme « CoachCopro ». Il relève un marché potentiel de 40 milliards d’euros d’ici 2050.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.