Obésité : Les consommateurs de bio moins exposés, selon l’Inra

 

Selon une récente étude de l’Inra (Institut National de la Recherche Agronomique), les adeptes réguliers de bio sont moins exposés à l’obésité que les autres consommateurs. Leur Indice de Masse Corporelle (IMC) étant plus stable et moins important aussi.

Une étude de l’Inra (Institut National de la Recherche Agronomique), auprès de 29.000 participants, révèle qu’une consommation importante et régulière de produits biologiques stabilise l’indice de masse corporelle (IMC).

L’IMC d’un adepte du bio dans la moyenne prescrite par l’OMS

« Le régime alimentaire observé chez les grands consommateurs de bio est nutritionnellement plus sain et apporte plus de nutriments », a déclaré l’Inra dans son rapport. Selon l’organisme français de recherche en agronomie, l’IMC des sondés soumis à un régime biologique s’élève en moyenne à 23,2, contre 27,3 pour les autres. Or l’OMS a indiqué qu’un IMC normal se situe entre 18,5 et 25. La personne dont l’IMC varie entre 25 et 30 est donc considérée comme étant en surpoids, en d’autres termes près de l’obésité.

L’étude commencée depuis 2014 a mobilisé des nutritionnistes, économistes, toxicologues, agronomes et spécialistes de l’environnement et concerné 29.000 volontaires. Au moins 264 produits alimentaires ont été passés au scanner grâce à un questionnaire. Des informations sur le mode de vie, les lieux d’achat du bio et l’IMC ont été également enregistrées.

Les produits bio légèrement plus chers

Hormis ce lien entre bonne santé et alimentation bio, l’étude de l’Inra a en outre établi une variation des prix entre régime bio et régime classique. Le coût du premier s’élève en moyenne à 8,80 euros par jour tandis que celui du second tourne au tour de 7 euros. Ainsi, du point de vue économique, le régime classique est le plus avantageux. Mais la qualité d’un repas bio compense largement cette petite différence entre les coûts (1,80 euros). On dit très souvent que la santé n’a pas de prix, et c’est bien le cas ici, d’autant plus que les produits bio diminueraient les risques de cancer.

L’alimentation bio réduirait considérablement les risques de cancer

En effet, une étude menée par l’Inra, en octobre dernier, suggérait qu’une « alimentation riche en aliments bio pourrait limiter l’incidence des cancers » de 25% en moyenne. L’institut a expliqué que les pesticides synthétiques sont plus importants et fréquents dans les produits issus de l’agriculture conventionnelle que dans les produits bio.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.