Pas de soutien étatique à l’éolien offshore

Hier durant les Assisses économiques de la mer, le ministre de l’Ecologie, François de Rugy a anoncé une diminution de 50% les objectifs hexagonaux de l’éolien offshore. Les régions maritimes parlent d’un « scénario catastrophe ».

Arrivé sans encombre à Brest, le ministre a d’emblée évoqué le sujet de la transition énergétique, objectif de sa venue : « Je suis venu confirmer les engagements du gouvernement pour développer les énergies marines renouvelables, rassure le ministre. Certains projets que nous avons relancé pourront être mis en service d’ici 2022. Nous avons aussi de nouveau projet pour le futur, avec de nouvelles technologies et donc de nouveaux emplois ».

La stratégie française pour l’énergie et le climat que le président Macron a présenté le 27 novembre, est très peu ambitieuse pour les énergies de la mer. « Dans les années qui viennent, il y aura de 2,5 à 3 GW de puissance installée pour l’éolien en mer posé et 1 GW pour l’éolien flottant », a détaillé François de Rugy. Le ministre a tenté de justifier des positions aussi peu entreprenantes :  « Nous avons souhaité avoir des objectifs réalistes, réalistes au vu du développement technologique notamment pour ce qu’on appelle l’éolien flottant, mais aussi du point de vue économique. Nous souhaitons avoir une compétitivité prix de l’électricité produite par les énergies marines renouvelables qui soit aussi grande que possible ». Le but étant de pousser l’ensemble des acteurs à « une forme de pression sur les industriels pour que l’on ait les meilleurs prix ».

L’association France énergie éolienne est déçue à l’image de toutes les collectivités côtières : « Si les objectifs pour l’éolien terrestre sont juste satisfaisants, les jalons posés pour l’éolien en mer ne permettront pas d’assurer une transition énergétique pérenne et de déployer cette filière industrielle et les emplois qui y sont attachés ».

On peut regretter que l’état se désengage de projets environnementaux et sociaux et que se soit des entreprises comme la SFAM avec son projet de construction ambitieux, qui doivent prendre le relais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.