« Tous en Stage » : à la découverte des métiers du développement durable

 

Créée il y a cinq ans, l’association « Tous en Stage » permet aux jeunes des quartiers prioritaires de découvrir les métiers du développement durable. Cet apprentissage s’effectue à travers un stage alterné inter-entreprises au sein des pôles RSE, dont celui du groupe Suez, très intéressé par l’initiative.

Mieux outiller les entreprises et les futurs employés

Avec le réchauffement climatique, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’engager en faveur de la planète. Mais, généralement, elles ne sont pas bien outillées pour mener ce combat. N’ayant pas prévu de véritables programmes et des formations internes. Pour mieux former les futurs employés des grands groupes et donner du sens à la stratégie RSE de ces derniers, l’association « Tous en Stage » a décidé de faire découvrir aux jeunes des quartiers prioritaires les métiers du développement durable.

Menée en partenariat avec le groupe Suez, cette opération est une nouvelle façon d’aborder le stage de troisième pour les quartiers REP (réseaux d’éducation prioritaire) et REP+ (réseaux d’éducation « super » prioritaire). Selon la fondatrice de l’association Samira Djouadi, il ne s’agit pas de stage classique (ce qu’elle appelle « stage kebab »). Les jeunes effectuent plutôt un stage alterné inter-entreprises au sein des pôles RSE des groupes.

En effet, le stage se réalise en groupe de 10 à 20 collégiens, qui au lieu de passer une semaine dans une seule entreprise, visitent chaque jour une entreprise différente. L’objectif : élargir le champ des métiers possibles dans le domaine du développement durable notamment, et faire découvrir plusieurs univers aux jeunes étudiants.

Les stagiaires font des propositions

À Marseille, des élèves des quartiers prioritaires ont ainsi pu découvrir le fonctionnement de la plateforme de tri de Jas de Rhode et les métiers liés au recyclage. « C’est important que l’on soit sensibilisé aux métiers du développement durable pour mieux traiter la planète », a estimé Farah, collégienne en quartier prioritaire, cité dans un article de Made in Marseille le 27 janvier.

Un atelier de création d’entreprise a été aussi mis en place. Les collégiens ont pu réaliser un pitch de leurs projets devant la classe. « Il faudrait intégrer les problèmes liés à l’environnement dans les dessins animés pour que les enfants prennent conscience de l’importance du développement durable » partage Farah, soucieuse de l’avenir de la planète. Sarah, sa camarade de classe propose de « nettoyer les côtes grâce à un robot marin ». La journée s’est terminée sur un débriefing de la découverte du centre de tri.

Un projet gagnant-gagnant

Ces stages sont à la fois bénéfiques pour les entreprises, qui alimentent leurs engagements RSE, et pour les élèves qui ont la possibilité de se responsabiliser et d’élargir sa vision de l’univers de l’entreprise via la découverte, ainsi que la mise en situation.

Ce projet s’inscrit dans les engagements de Suez pour Paqte, le projet de mobilisation des entreprises pour les quartiers prioritaires de la ville, mis en place par le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.