Antarctique : La 2e plus importante colonie de manchots au bord de l’extinction

Selon des chercheurs du British Antarctic Survey (BAS), qui s’appuient sur des photos satellitaires, la 2e plus importante colonie de manchots en Antarctique est au bord de l’extinction. Si rien n’est fait, ces manchots empereurs de la colonie de Halley Bay dans la mer de Weddell pourraient disparaitre avant la fin du siècle.

Une espèce emblématique en danger

La 2e colonie de manchots de l’Antarctique, celle Halley Bay dans la mer de Weddell, n’est pas loin de disparaitre avant la fin de ce siècle si rien n’est fait, d’après des chercheurs du British Antarctic Survey (BAS), qui s’appuient sur des photos satellitaires. Ils ont constaté que ces manchots empereurs connaissent d’importants bouleversements à cause de changements météorologiques qui modifient leur environnement. Par exemple, ils ne parviendraient plus à se reproduire depuis maintenant trois ans.

La colonie de Halley Bay compte chaque année entre 14 000 et 25 000 individus, une fourchette qui représente entre 5 à 9% de la population mondiale de manchots empereurs. Appelé Aptenodytes forsteri dans le jargon scientifique, ce manchot est le plus grand et le plus lourd de tous les manchots. Le mâle et la femelle ont une taille similaire, atteignant jusqu’à 122 cm de hauteur pour une masse qui varie entre 20 et 40 kg. Cet oiseau endémique et emblématique de l’Antarctique est considéré comme quasi menacé d’extinction par la Liste Rouge de l’UICN. Des chercheurs du British Antarctic Survey (BAS) prédisent même sa disparition complète de la terre avant la fin de ce siècle, au rythme actuel de la réduction de sa population.

Plus de glace stable et durable pour se reproduire

En effet, la colonie ne parvient plus à renouveler ses générations depuis trois années consécutives, après des changements climatiques très importants. Les manchots empereurs ont besoin d’une glace de mer stable sur laquelle se reproduire et qui peut durer d’avril (l’arrivée des oiseaux) à décembre (l’envol des nouveaux poussins). Or, au cours des trois dernières années, la glace n’a jamais été stable et durable. En octobre 2016, une première période de temps anormalement orageux a fait céder la banquise bien avant que les poussins empereurs n’aient eu le temps de prendre leur envol.
Cette même catastrophe s’est répétée en 2017 puis en 2018, entraînant la mort de presque toute la couvée.

Les manchots adultes migrent chez les voisins

Aujourd’hui, la population de manchots royaux de Halley Bay a drastiquement diminué. A l’opposé, la colonie voisine de Dawson Lambton a considérablement augmenté, puisque de nombreux empereurs adultes de Halley Bay vont s’y installer, à la recherche de meilleurs conditions de reproduction.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.