Fukushima : l’Etat nippon et Tepco verseront 3,4 millions d’euros aux victimes

Mercredi 20 février 2019, la justice japonaise a condamné l’Etat nippon et la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) à verser 419,6 millions de yens, soit 3,4 millions d’euros aux victimes de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, survenu en mars 2011. Cette décision de justice est rendue deux mois après la condamnation, à des peines de prison, de dirigeants de Tepco. 

152 résidents concernés par le dédommagement

La justice nippone a ordonné, le mercredi 20 février 2019, le versement, par l’Etat japonais et la compagnie Tepco, d’une somme de 419,6 yens (environ 3,4 millions d’euros) aux victimes de la catastrophe nucléaire de Fukushima, survenue en mars 2011. Les bénéficiaires de ce dédommagement seraient au nombre de 152.

Selon le juge Ken Nakadaira, du tribunal de district de Yokohama (banlieue de Tokyo), l’accident aurait pu être évité si le gouvernement et Tepco “avaient pris des mesures” pour anticiper la menace que représentait la centrale de Fukushima, depuis plusieurs années. Parce qu’il n’a pris ses responsabilités quand il le fallait, l’Etat est donc aussi coupable que Tepco.

La catastrophe survenue en mars 2011, l’une des plus importantes depuis Tchernobyl (Ukraine, 1986) a eu des conséquences écologiques, sanitaires et humanitaires désastreuses. Des milliers d’habitants ont été forcés de fuir leurs maisons pour se réfugier dans d’autres régions de la petite île asiatique. La plus part d’entre eux ne sont toujours pas rentrés chez eux à cause des effets radioactifs.

Les 152 résidents de Fukushima concernés par la décision de justice devront toutefois attendre le verdict final, qui ne sera pas prononcé avant plusieurs mois, a-t-on appris.

Des responsables de Tepco condamnés en décembre dernier

C’est la cinquième fois, depuis l’accident nucléaire, que le Gouvernement nippon fait face à une décision de justice. En effet, avant le procès de ce mercredi, plusieurs autres recours en justice ont été déposés par les milliers de personnes évacuées de Fukushima. Ces recours ont ouvert sur des procès au cours desquels la justice a établi, soit la responsabilité conjointe du gouvernement et de Tepco, soit celle de Tepco toute seule. L’une de ces procédures a d’ailleurs permis de faire condamner certains anciens responsables de Tepco pour « Négligence ayant entraîné la mort ». Une peine de cinq ans de prison a été retenue contre trois d’entre eux, en décembre 2018.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.