Bébés sans bras dans l’Ain, la faute à l’agriculture ?

Dans l’Ain, un département rural de l’est du pays, sept cas de bébés porteurs de la même malformation ont été recensés en six ans. D’autres cas ont été répertoriés en France et seraient liés. Le rapport privilégie le rôle « d’une substance utilisée en agriculture ou en médecine vétérinaire ».

A proximité de Druillat, un village du département, ces sept naissances de bébés sans bras ou main, représentent un taux 58 fois plus élevé que la normale, selon l’enquête d’Emmanuelle Amar, épidémiologiste. Selon la directrice générale du Registre des malformations congénitales en Rhône-Alpes (Remera) qui a repéré ce phénomène, ce dernier se concentre dans un rayon de dix-sept kilomètres autour du village. Elle a précisé que « pour tous ces bébés, il s’agit de la même déformation, il manque un bras à différent niveau, de la main ou du coude ».

Emmanuelle Amar a déclaré :  « Ces enfants sont en très bonne santé (…) et ces malformations ne sont jamais associées à des anomalies génétiques ». Les entretiens menés auprès des parents des bébés touchés n’ont rien donné, pas la moindre piste de réponse. Cela n’a abouti à aucune explication pour ce phénomène. « Tous leurs dossiers ont été vus par plusieurs experts et tout ce que l’on peut dire c’est que le hasard ne peut pas être la cause de ces malformations » ajoute Madame Amar.

Des élevages ont été touchés dans le même rayon autour du village par des naissances anormales de veaux sans queue ce qui incite les chercheurs à poursuivre la piste d’un produit agricole ou vétérinaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.