Chili : un bon pas dans la lutte contre le plastique

En matière de recyclage, le Chili est en tête de devenir un exemple de taille. En effet, il s’agit du premier pays d’Amérique Latine a interdire définitivement l’usage de sac plastique. Pour le chef de l’état chilien, Sebastián Piñera, il s’agit d’un immense pas en avant. 

La recrudescence de la pollution plastique

Des chercheurs des universités de Géorgie et de Californie ont déterminé, pour la première fois, que 8,3 milliards de tonnes de plastiques ont été produites entre 1950 et 2015. Depuis, notre planète s’est retrouvée submergée par des milliards de tonnes de déchets rejetés dans la nature. Selon cette étude publiée dans la revue Science Advances, en 2015, quelque 6,3 milliards de tonnes sont accumulées dans des décharges, en pleine nature ou dans les océans, où 8 millions de tonnes de plastique sont déversés chaque année… Seulement 12% du plastique fabriqué est incinéré et 9% est recyclé.

«La moitié des matières plastiques deviennent des déchets après moins de quatre ans d’utilisation», explique le professeur Roland Geyer, l’un des auteurs de cette étude. Or, la plupart des plastiques ne sont pas biodégradables. «Tous les déchets de ces matières que nous avons générés pourraient être avec nous pour des centaines ou même des milliers d’années ».

Un pas en avant pour l’Amérique Latine

Se passer désormais de sacs plastiques s’inscrit comme une véritable révolution culturelle. Le président chilien Sebastian Piñera n’a pas caché son excitation à l’annonce de cette décision, en distribuant des sacs en toile au public : « Je voulais partager ma joie avec vous : à compter d’aujourd’hui, nous promulguons la loi ». La loi donne six mois à compter de vendredi aux grandes entreprises et deux ans aux petits commerces, pour mettre en application cette interdiction totale.

Une fois ces délais écoulés, une amende de 370 dollars par sac plastique remis aux clients est prévue en cas d’infraction. Dans l’intervalle, « les commerces peuvent remettre un maximum de deux sacs plastique aux consommateurs à chaque achat », précise le texte.

« Nous sommes très heureux de faire un pas dans la bonne direction. Ce que nous proposons est simple : nous voulons changer le mode de vie des Chiliens. Nous voulons passer de la culture du jetable à celle du durable », explique le chef de l’état chilien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.