Sylvothérapie : quand les arbres nous font énormément de bien

 

Pour se ressourcer et booster son énergie, de plus en plus de personnes s’orientent vers la sylvothérapie, qui consiste à faire un câlin à un arbre. Cette pratique a des bienfaits reconnus par la médecine officielle. Toutefois ce ne sont pas tous les arbres qu’il faut embrasser car l’on peut facilement attraper des démangeaisons ou des allergies.

Les bienfaits de la sylvothérapie

La sylvothérapie ou « médecine verte » est l’une des meilleures ordonnances naturelles pour lutter contre le stress et booster son énergie. Selon des études menées par l’Agence responsable des forêts au Japon, un pays où le bain de forêt (« shinrin-yoku ») est très en vogue, les personnes ayant pratiqué la sylvothérapie ont un taux de cortisol, l’hormone du stress, beaucoup plus bas que celui des personnes qui n’ont pas marché dans les bois. D’autres chercheurs constatent une diminution du sucre dans le sang ainsi que de la tension artérielle. Néanmoins, si le tree hugging (enlacer un arbre) est conseillé pour se ressourcer, il faut savoir choisir l’arbre idéal car les inconvénients sont vite arrivés.

Comment profiter pleinement de la sylvothérapie

Pour un premier contact, Jean-Marie Defossez, biologiste et créateur du site sylvotherapie.net, conseille de choisir un arbre qui nous parle le plus « en fonction de son apparence, de ses propres affinités ». Il faut également nous poser la question de savoir quelles caractéristiques de l’arbre nous ont poussés vers lui plutôt que tel autre. Puis, une fois que l’arbre est choisi, il faut adopter une certaine posture pour profiter pleinement des énergies qu’il dégage. « Lorsqu’on s’adosse à un arbre, il est recommandé de se placer contre sa face nord, que l’on trouvera en observant le tronc, celle-ci possédant généralement de la mousse. Les pieds plantés au sol, si possible nus, les paumes de vos mains posées sur l’écorce, vous êtes ici et maintenant. », indique Laurence Monce, naturopathe. Jean-Marie Defossez ajoute : « Fermez les yeux et enlacez le tronc en vous laissant imprégner de cette présence silencieuse ». Il précise que le bénéfice survient quand l’esprit parvient « à faire la bascule et à envisager que c’est l’arbre qui nous enlace ».

Des précautions à prendre

Pour la sylvothérapie, il est conseillé de choisir certains types d’arbres plutôt que d’autres. Parmi les arbres les plus prisés figurent les saules et les chênes. Selon Laurence Monce « Les saules consolent, les chênes apportent de la force, le tilleul de la chaleur… ». Le saule est un arbre vénéré pour son aspect doux et accueillant. Il symbolise l’amour, la beauté et la fertilité. En revanche, d’autres arbres sont déconseillés pour la sylvothérapie. C’est le cas du mancenillier qui sème la terreur dans les Antilles. Malgré son allure inoffensive, il provoque des inflammations, des enflures, des cloques et des démangeaisons, une fois au contact du corps. En Afrique, il serait préférable de ne pas s’adonner au bain de forêt en raison des nombreuses espèces venimeuses, le mamba noir, l’un des serpents les plus dangereux de la planète.  Ce tueur de couleur grisâtre peut facilement être confondu avec une branche. Son cousin le mamba vert a les mêmes capacités de dissimulation. Enfin, il faut faire attention aux nombreux fruits tropicaux, comme les cocos, qui peuvent à tout moment tomber sur votre tête pendant que vous enlacez votre arbre chéri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.