Matines dans le collimateur de la L214

La L214, association de défense des droits des animaux, pointe Matines du doigt, leader français du marché des œufs. Des militants de l’association se sont introduits dans une exploitation agricole qui vend ses œufs à Matines et livrent des images glaçantes. 

Ce n’est pas la première fois que le leader français des œufs se fait rappeler à l’ordre par la L214. L’association de défense des droits des animaux dénonce pour la troisième fois les conditions d’élevage de ces poules. En effet, en mai 2016, les militants dénonçaient les conditions de vie atroces de plus de 200 000 poules élevées dans un Groupement agricole d’exploitation de l’Ain. Et en décembre 2017, l’association pro-animaux livrait des images du même acabit provenant d’un exploitant des Côtes-d’Armor.

Une action politique ?

Cette affaire intervient quelques jours avant que les députés ne se prononcent sur une éventuelle interdiction de l’élevage en batterie.
« Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur l’alimentation, les députés seront appelés à voter pour ou contre l’interdiction des élevages de poules en cage« , explique Brigitte Gothière, cofondatrice de L214. « On parle des réalités de la vie de plus de 33 millions de poules. Cette filière est très en retard par rapport à la demande sociétale, puisque 90% des Français se déclarent opposés à cette forme d’élevage », ajoute-t-elle.

La défense de Matines

Accusé pour la troisième fois, le directeur de qualité chez Matines, David Cassin, a pris la parole. « Nous avons engagé en 2017 une procédure spécifique, incluant des critères sur le bien-être animal, visant à vérifier la tenue de l’ensemble des élevages auxquels nous faisons appel », précise-t-il.

En ce qui concerne l’élevage des poules en cage, il reconnaît que Matines est à la fin d’un cycle. Cependant, il estime qu’il est impossible d’arrêter ces collaborations du jour au lendemain et que cela prendra du temps.

La France à la traîne

Cela faisait partie de ses promesses de campagne. Emmanuel Macron, président de la République depuis tout juste un an, s’était engagé à interdire l’élevage de poules en batterie. Cette décision devait être effective et être réalisée d’ici à 2022. Mais depuis sa prise de pouvoir, le sujet semble être tombé dans l’oublie. Plusieurs pays comme l’Angleterre, l’Autriche et l’Allemagne, ont interdit toute création d’élevage de poules pondeuses en cage.

La décision du gouvernement devrait être prise le 22 mai prochain. Pour rappel, 90 % des Français sont favorables à l’arrêt d’élevage de poules pondeuses en cages. Récemment, le gouvernement a adopté une loi en faveur des abeilles, en interdisant trois pesticides « tueurs d’abeilles ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *